Une icône trans espagnole obtiendra enfin son dû dans cette nouvelle série HBO Max

Après avoir été largement saluée par la critique à l'étranger, la série télévisée espagnole à succès Poison a fait ses débuts sur HBO Max jeudi. Les profils des docu-séries biographiques Cristina Ortiz Rodríguez – mieux connu sous le nom de La Veneno, qui se traduit par poison – un artiste transgenre espagnol, travailleur du sexe, activiste transgenre et personnalité des médias.



La série se concentre sur l'amitié de 10 ans entre Ortiz et l'auteur Valeria Vegas, qui a finalement co-écrit la biographie Pas une pute, pas une sainte : Les souvenirs de La Veneno basé sur la vie de l'artiste. Ortiz est devenue célèbre en 1996 à la suite d'une interview avec la journaliste Faela Sainz, qui l'a interviewée au Parque del Oeste, un parc de Madrid où Ortiz travaillait comme travailleuse du sexe. Les membres du public sont tombés amoureux d'Ortiz, ce qui l'a amenée à faire des apparitions régulières à la télévision, selon Temps .

Connue pour son esprit, son sens de l'humour audacieux et son glamour, Ortiz transformerait sa nouvelle renommée en une carrière d'interprète de cabaret populaire, d'actrice, de star de cinéma pour adultes et de chanteuse. En 1996, elle sort l'EP Poison pour ta peau , et son premier single éponyme a été certifié Or, se vendant à plus de 50 000 exemplaires.



Situé en Espagne, Poison suit la vie d'Ortiz des années 1960 à nos jours. Le spectacle reprend après sa sortie de prison en 2006 pour incendie criminel et fraude à l'assurance, et trois actrices transgenres ont été choisies pour le rôle d'Ortiz à différentes phases de sa vie : Jedet Sanchez, avant qu'Ortiz ne commence sa transition ; Daniela Santiago dans le rôle d'Ortiz lors de son ascension vers la gloire; et Isabel Torres, qui dépeint la star dans sa vie ultérieure.



Contenu

Ce contenu peut également être consulté sur le site est originaire à partir de.

Javier Ambrossi et Javier Calvo, les créateurs et réalisateurs de la série, ont été inspirés pour écrire la série après qu'Ortiz leur ait dédicacé une page de son livre. Le duo a grandi dans les années 90 à une époque où Ortiz était une icône de la culture pop et un nom familier, raconter le New York Nouvelles quotidiennes qu'elle était une star qui était regardée par tous les pères et toutes les mères.

Nous avons pensé que La Veneno était le moyen idéal pour parler de l'importance d'être visible et du fait qu'il n'est pas important d'être parfait, a ajouté Ambrossi dans une interview avec Variété . C'est important de se montrer, et c'est une affirmation politique d'être soi-même qui est indéniable.



Les feux de la rampe d'Ortiz ont commencé à s'estomper au début des années 2000. Après avoir subi des abus endémiques dans une prison pour hommes, elle a déménagé à Valence et a fait des apparitions occasionnelles à la télévision. Après le début de ses mémoires tant attendus en 2016, Ortiz est décédée à l'âge de 52 ans après une chute accidentelle. La cause officielle du décès était une lésion cérébrale traumatique.

Ambrossi a déclaré que Veneno, qui dure huit épisodes, était destiné à honorer la mémoire d'Ortiz et à donner à sa vie le respect qu'elle mérite.

Il est important que nous donnions une voix à ceux qui ont rarement, voire jamais, une tribune, a déclaré Ambrossi Variété . Il est important que nous affrontions ces histoires de front et écoutions attentivement avec humanité et respect.

La saison complète de Poison devait sortir en mars 2020 sur la plateforme de streaming espagnole ATRESPlayer, mais la production a été reportée en raison de la pandémie de COVID-19. La première de la série a débuté comme prévu, mais le deuxième épisode a été retardé jusqu'en juin. Le reste de la série a commencé à être diffusé en septembre, peu de temps après son acquisition par HBO Max pour la distribution internationale aux États-Unis et en Amérique latine.



Ambrossi a raconté Divertissement hebdomadaire qu'il espérait que la série serait bien accueillie par les téléspectateurs en dehors de l'Espagne natale d'Ortiz, où son héritage n'est pas aussi bien établi.

Nous rêvons d'avoir plus de représentation trans dans les médias afin que les futures générations d'enfants trans puissent se sentir vues et comprises, a-t-il déclaré. Je veux qu'ils trouvent des miroirs qui reflètent leur réalité. Et peut-être que notre projet peut aider à inspirer un monde meilleur et plus juste dans lequel ils se sentent en sécurité.