Les festivals de fierté en personne pourraient vraiment avoir lieu cette année, malgré COVID-19

Cette semaine, plusieurs comités Pride à travers le monde ont annoncé qu'ils prévoyaient d'organiser des événements en personne en 2021, alors que les efforts de vaccination contre le COVID-19 s'intensifient et que les cas diminuent dans plusieurs pays. Les plans varient d'une ville à l'autre et pourraient changer si les cas de coronavirus recommencent à augmenter, mais ils offrent une lueur d'espoir pour les espaces LGBTQ + et les rassemblements communautaires, qui ont été particulièrement touchés par des mesures de confinement.



Dans une interview vendredi avec Le gardien , les organisateurs de la Manchester Pride — représentant la ville du même nom dans le nord de l'Angleterre — se disent prudemment optimistes que sa célébration de quatre jours en août peut comporter des événements en personne, y compris le défilé populaire et la fête GayVillage. Si tout se passe bien, un festival de concerts aura également lieu, mais la fréquentation sera réduite de moitié.

Mark Fletcher, directeur général de Manchester Pride, a déclaré Le gardien la célébration sera possible tant que les plans du gouvernement pour les vaccinations et la réouverture des événements et de l'hospitalité resteront sur la bonne voie.



Les responsables de la London Pride ont également taquiné un retour prévu pour septembre sur les réseaux sociaux, mais on ne sait pas si les événements seront physiques ou si la fréquentation sera plafonnée.

Contenu Twitter



Ce contenu peut également être consulté sur le site est originaire à partir de.

Pendant ce temps, à New York, le comité d'organisation Heritage of Pride a annoncé son intention d'organiser une célébration hybride virtuelle / en personne construite autour du thème The Fight Continues. Les éléments en personne sont encore à déterminer, selon un déclaration à la presse publiée cette semaine , mais sont destinés à se dérouler au cours du mois de juin et verront le retour du concert de Pride Island. En 2019, cet événement comprenait des performances de Grace Jones et Teyana Taylor.

L Une ode aux espaces queer perdus pendant COVID - et ceux que nous nous battons pour garder en vie eux. dédie cette série aux espaces qui nous sont enlevés mais aussi à ceux qui restent, persistant du mieux que chacun d'entre nous peut en ces temps difficiles. Voir l'histoire

André Thomas, coprésident de Heritage of Pride, a déclaré que le thème reconnaît non seulement les obstacles continus à l'égalité LGBTQ+, mais aussi les menaces uniques auxquelles sont confrontées les personnes queer et trans pendant la crise du COVID-19.



Dans cette reconnaissance de ce pour quoi nous nous battons et des défis auxquels nous sommes confrontés, nous devons également trouver la force - ensemble - pour continuer le combat, a-t-il déclaré dans un communiqué. Nous luttons pour nous-mêmes, luttons pour le BIPOC et les titans membres de notre communauté, et luttons pour les générations futures.

D'autres villes sont plus prudentes quant à leurs plans pour la fierté LGBTQ +. Birmingham a annoncé qu'il reporterait sa célébration de la fierté de juin à septembre, et les responsables de Boston ont purement et simplement annulé sa fierté, qui devait avoir lieu en juin. Pendant ce temps, la Northern Pride, prévue à Newcastle, en Angleterre, a déjà repoussé toute célébration en personne jusqu'en juillet 2022.

Cette approche au cas par cas offre probablement un aperçu de la façon dont l'année prochaine pourrait être ad hoc pour les hubs LGBTQ + dans le monde. Alors que les cas quotidiens diminuent dans de nombreux pays en raison des déploiements de vaccins, il plus de 113 millions d'infections enregistrées de COVID-19 dans le monde, avec plus de 29 millions aux États-Unis seulement.