Une nouvelle tendance à sortir des hommes gais à l'aide d'applications de rencontres a balayé le Maroc. Une femme trans a commencé

Une influenceuse Instagram nommée Naoufal Moussa a déclenché une dangereuse tendance à sortir des hommes homosexuels au Maroc, où l'homosexualité est illégale, après avoir encouragé ses abonnés Instagram à créer de faux comptes sur des applications de rencontres gay, Initié et PinkNews rapport.



Moussa, une femme trans également connue sous le nom de Sofia Talouni qui vivait au Maroc et est maintenant basée en Turquie, a dit à ses abonnés le 13 avril de rechercher des hommes homosexuels dans une émission Instagram Live. S'exprimant en arabe marocain, elle a suggéré aux femmes de télécharger des applications de rencontres homosexuelles, notamment Grindr, PlanetRomeo et Hornet, puis de créer de faux profils à l'aide de photos d'hommes.

'Ces applications vous montreront les personnes proches de vous. 100 mètres, 200 mètres, même juste un mètre, juste à côté de vous dans le salon '', a déclaré Moussa dans sa vidéo, selon une traduction d'Insider. 'Puisque tout le monde est ensemble à la maison, cela pourrait vous montrer votre mari dans votre chambre, cela pourrait vous montrer votre fils qui pourrait être dans la salle de bain.'



Le compte Instagram de Moussa comptait plus de 627 000 abonnés avant d'être supprimé vendredi.



Bien qu'elle n'ait pas explicitement appelé ses abonnés à sortir les homosexuels, des photos d'homosexuels trouvées sur des applications auraient commencé à circuler dans des groupes Facebook fermés avec des légendes homophobes après sa diffusion. La stigmatisation des personnes LGBTQ+ est omniprésente dans le pays, en partie à cause de ses lois homophobes. Toute forme d'intimité entre personnes de même sexe, y compris les baisers, est illégale au Maroc et passible d'une peine pouvant aller jusqu'à trois ans de prison. Il n'existe pas non plus de loi contre le harcèlement ou la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre.

Plusieurs hommes homosexuels, dont beaucoup ont choisi de rester anonymes pour parler franchement, ont déclaré à Insider et à PinkNews qu'ils vivaient dans la peur constante d'être dévoilés via leur profil d'application de rencontres, sachant que cela pourrait les conduire à être harcelés, agressés ou frappés. hors de chez eux au milieu de la pandémie de COVID-19. Un Marocain gay qui a choisi le pseudonyme de Nassim pense que jusqu'à 40 hommes ont été démasqués et chassés de chez eux rien qu'à Casablanca, a-t-il déclaré à PinkNews.

Après l'émission de Moussa, militant LGBTQ+ Adam Éli et l'organisation marocaine de défense des LGBTQ+ Nassawiyat ont appelé leurs abonnés à signaler le compte de Moussa afin de faire suspendre ou bannir son profil de la plateforme. 'Nous sommes confrontés à un cas particulier où une personne queer qui appartient en quelque sorte à la communauté est celle qui a mis les gens en danger', a déclaré un représentant de Nassawiyat à Insider dans un e-mail.



Le motif de Moussa pour encourager les gens à rechercher des profils d'applications de rencontres pour hommes homosexuels n'est toujours pas clair. Ahmed Benchemsi, directeur de la communication et du plaidoyer pour le Human Rights Watch de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord, a déclaré à Insider qu'il se penchait sur la tendance récente des sorties. Il a affirmé qu'elle adressait ses commentaires aux personnes qui l'avaient insultée pour son identité queer et les a encouragées à réaliser combien de personnes qu'elles connaissaient étaient en fait homosexuelles.

'La loi est intrinsèquement discriminatoire à l'égard des personnes LGBTQ, elle ne peut donc être qu'un incubateur pour ce type d'abus', a déclaré Benchemsi à Insider. 'Les personnes homophobes se sentent responsabilisées parce que la loi est de leur côté.'

Hamza Makhchoune, un photographe marocain ouvertement gay, a proposé une théorie différente. Je pense que compte tenu de ce que Sofia [Moussa] a traversé dans sa vie et ce n'était pas facile pour elle que son père ne l'accepte pas et qu'elle ne l'ait pas vu depuis environ 20 ans, a-t-il déclaré à PinkNews. Cela a créé une pierre sombre dans son cœur. Elle était en colère et elle a fait ce qu'elle a fait. Peut-être qu'elle voulait ne pas être la seule à être rejetée et mise à la porte.

Nassim a également déclaré à PinkNews que Moussa a toujours voulu être acceptée par le public marocain et aurait peut-être lancé la tendance afin d'accroître la visibilité de son entreprise de cosmétiques. Elle nous a vendu [les homosexuels] et a commencé à leur donner toutes les manières possibles de trouver des homosexuels, de les exposer et de ruiner leur vie, et parce que cela augmente également son audience et lui apporte également un gain financier, puisqu'elle vit en Turquie , a-t-il déclaré à PinkNews.

Lire les rapports complets sur Initié et PinkNews .